• Saint Gregoire - Rennes
  • Lundi - Vendredi

Calcification / Tendinopathie Calcifiante

Il s’agit d’une maladie bénigne caractérisée par des dépôts de cristaux au niveau des tendons de la coiffe des rotateurs. Habituellement, cette pathologie touche préférentiellement les femmes entre 40 et 60 ans, mais elle se voit dans tous les sexes et à tout âge. Elle est d’origine métabolique, et sans rapport particulier avec des mouvements répétitifs ni un traumatisme, ni même l’alimentation. On n’en connaît pas exactement l’origine ni les facteurs prédisposants.

Tout le monde peut présenter une (ou plusieurs) calcification, mais elle n’est pas toujours symptomatique. Nombreuses sont celles non gênantes et découvertes par hasard sur un
examen d’imagerie.

Les Formes cliniques

Lorsqu’elle est douloureuse, la douleur ressemble aux douleurs de tendinopathie classique, elle est lancinante, permanente, y compris la nuit. Très souvent les calcifications sont retrouvées de manière fortuite à l’occasion d’une radiographie réalisée dans le cadre d’un traumatisme ou de douleurs banales, il n’y a pas toujours une corrélation entre douleur et calcification. Il n’y a aucune raison de s’en préoccuper.

Les calcifications ont un cycle de vie. Elles naissant, se modifient et meurent en s’évacuant spontanément. Toute modification de sa forme est à l’origine d’une douleur brutale et très violente, entrainant une impotence fonctionnelle quasiment complète, survenue sans traumatisme particulier. Il s’agit d’un mode de guérison spontané fréquent des calcifications. Ces douleurs cèdent en 2 ou 3 jours, mais une gêne peut persister quelques semaines. Une immobilisation antalgique et la prise d’anti-inflammatoire sont conseillés pendant les 2-3 jours hyper-douloureux, mais il faut impérativement mobiliser l’épaule ensuite pour éviter la capsulite liée à un défaut de mobilisation de l’épaule.

Quand elle est gênante, c’est souvent par des douleurs, parfois nocturnes, qui tendent à devenir chroniques si la calcification ne se résorbe pas d’elle même, car elle est à l’origine
d’une inflammation locale. Les calcifications volumineuses peuvent également gêner les mouvements de l’épaule. Enfin, les calcifications peuvent être à l’origine d’une crise très douloureuse, dite « hyperalgique », qui correspond en fait à son élimination naturelle. Après la phase de douleurs, la guérison survient généralement dans les semaines suivantes.

Le meilleur examen pour visualiser des calcifications reste la radiographie standard. Une échographie est utile pour analyser la coiffe dans son ensemble, surveiller qu’elle n’est pas rompue.

Le traitement

Une tendinopathie calcifiante guérit spontanément dans la majorité des cas, et le traitement n’a généralement pour but que de calmer la douleur le temps que celle-ci disparaisse. Ce traitement est médical, et associe repos, antalgiques et anti-inflammatoires. La rééducation fait partie de la prise en charge. Durant les crises douloureuses, on fait souvent réaliser une  infiltration de l’épaule. Il s’agit d’un geste réalisé sous contrôle radiologique : le radiologue injecte une solution de corticoïdes au niveau de la calcification, ce qui a pour but de supprimer l’inflammation de l’épaule et donc de calmer les douleurs.

Malheureusement, l’élimination naturelle de la calcification ne se fait parfois pas, et elle devient chronique. En fonction de la gêne qu’elle entraine, on peut envisager des traitements pour la faire disparaître :
– Une prise en charge sous contrôle radiologique peut le plus souvent être réalisée. Il s’agit d’une « ponction-lavage- aspiration », geste qui consiste à aller retirer à l’aide d’aiguilles creuses le contenu de la calcification, et de casser la « coque » qui l’entoure, pour permettre l’élimination spontanée de ce qu’il reste dans les semaines suivant ce geste. Le taux d’efficacité est supérieur à 80%.

– Soit une prise en charge chirurgicale, qui est parfois réalisée rapidement si la calcification est très volumineuse, mais qui est le plus souvent réservée aux cas récalcitrants.
Il s’agit d’aller retirer toute la poche de cristaux à l’aide d’une caméra et d’instruments miniaturisés, sous arthroscopie, à travers des petits trous dans l’épaule. On ne peut pas toujours retirer l’ensemble de la calcification, pour ne pas risquer d’abimer les tendons, mais le reste est éliminé naturellement dans les semaines qui suivent.


– Que ce soit après geste radiologique ou chirurgie, il faut souvent compter 3 mois pour retrouver une épaule fonctionnelle, car l’inflammation présente depuis souvent plusieurs mois met du temps à disparaître.

 

 

2017 - Mon-Epaule. Conception graphique et développement : malek